WhatsApp impose un ultimatum aux utilisateurs

 

Accepter ou voir son compte bloqué

Dès le 8 février prochain, la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp entrera en vigueur. Le but de cette mise à jour est d’autoriser le partage des données des utilisateurs du service de messagerie avec Facebook. Et l’entreprise ne laisse pas vraiment le choix : sans accord de cette nouvelle politique, l’utilisateur ne pourra plus bénéficier de son compte WhatsApp à partir du 8 février.  Seule solution en cas de désaccord, supprimer son compte. Notez toutefois que vous pourrez continuer à utiliser votre compte Facebook si vous supprimez votre compte WhatsApp et inversement.

Lors de l’ouverture de l’application, vous devriez voir apparaître une fenêtre qui vous informe de la mise à jour des conditions d’utilisation et de la politique de confidentialité.

 

 

Quelles sont les données concernées ?

Sur une page dédiée, WhatsApp précise quelles sont les données qui sont partagées : votre numéro de téléphone, vos données de transactions, des informations sur vos interactions ou encore votre adresse IP.

« Les informations que nous partageons avec les autres entités Facebook incluent les informations d’enregistrement de votre compte (comme votre numéro de téléphone), les données de transactions, des informations liées à des services, des informations sur la façon dont vous interagissez avec d’autres, y compris des entreprises, lorsque vous utilisez nos services, les informations sur votre appareil mobile, votre adresse IP, et peuvent inclure d’autres informations identifiées dans la section de la Politique de confidentialité titrée « Informations que nous recueillons », ou obtenues après vous en avoir averti(e) ou sur la base de votre consentement » indique WhatsApp.

 

Vers un écosystème unique

Avec cette nouvelle politique de confidentialité, le groupe cherche des « moyens permettant aux personnes et aux entreprises de communiquer entre elles via WhatsApp ». Et après la fusion de Messenger et d’Instagram Direct en septembre dernier, cette nouvelle démarche permet au groupe Facebook de faire un pas de plus vers la création d’un écosystème unique. L’entreprise démontre également qu’elle n’est pas prête de limiter sa collecte de données, que cela plaise à ses utilisateurs ou non.

 

Source : blogdumodérateur.com